L'EGLISE DE DOUBS

Depuis le XIIème siècle, date de la fondation de l'église, jusqu'aux années voisines de la Révolution, deux événements importants ont marqué l'histoire religieuse de la Commune : d'une part en 1710, le détachement du village d'Arçon de la juridiction religieuse de Doubs, ainsi que l'érection de sa chapelle vicariale en église paroissiale et d'autre part en 1781, la translation des reliques de Saint Pie de Rome à Doubs.

Très rapideme,nt  se répandit le bruit, que dès le dépôt des restes de ce martyre dans l'église de Doubs, des faveurs autant temporelles que spirituelles étaient paraît-il accordées aux personnes qui venaient demander l'intercession de ce nouveau protecteur. Devant l'afflux des pèlerins en provenance de toute la région, l'église de Doubs se révéla bientôt insuffisante pour contenir une telle foule. De plus l'état de délabrement dans lequel elle se trouvait paraissait peu digne de la vénération dont les pèlerins devaient témoigner à l'égard des reliques qui leur étaient confiées.

Il fut donc décidé de détruire l'église (délibération du Conseil Municipal en 1858) et d'en construire une nouvelle. Le 23 septembre 1861 eut lieu l'adjudication des travaux : du 1er au 13 avril 1862 fut effectuée la démolition de l'ancienne église, le 17 juin 1862 était posée solennellement la "pierre-fondement" du nouvel édifice, de style ogival primitif.

L'architecte Martin BELLIARD avait établi plans et devis, l'entrepreneur RIETTER devait exécuter les travaux et l'artiste décorateur MARECHAL de Metz était chargé de la réalisation des vitraux. La construction se fit en deux étapes : la première fut terminée en 1869. L'édification du clocher étant remise à une date ultérieure, par manque de moyens financiers et c'est le 24 juillet de cette année là, l'abbé Claude CUINET étant curé de Doubs, que le Cardinal MATHIEU archevêque de Besançon, bénit en grande pompe le nouveau sanctuaire. C'est une église de style néogothique.

Il fallut attendre 62 ans pour que la nouvelle église soit couronnée par son clocher en béton dominant toute la Chaux d'Arlier.

En entrant dans cette église, ce qui frappe et étonne d'abord, c'est la légèreté, l'élancement, la gracilité et la prodigieuse élévation des colonettes montant du pavé aux voûtes, pour soutenir les nervures.

De la vieille église, il reste un tableau en bois provenant de l'ancienne confrérie Saint Théodule, trois statues en bois doré du XVIIIème, Saint Martin, Sainte Agathe et Sainte Barbe, une très belle statue de la Vierge écrasant le serpent, et une cuve baptismale datant de 1560, d'après Bourgon et les reliques de Saint-Pie, martyre anonyme des catacombes romaines, dans un reliquaire en chêne sculpté.

 interieur de leglise

 

LE CLOCHER

D'après le projet de l'architecte ROUCH de Besançon, le clocher sera en béton armé (plus de 100 m3 de béton et une armure de fer de plusieurs tonnes).

C'est donc le 31 mai 1931 qu'on inaugura les travaux du clocher.

On raconte que la hauteur totale de l'édifice (près de 66.50 m au sommet de la flèche) fut décidée avec l'intention de dépasser celle de St Bénigne à Pontarlier, en souvenir d'une ancienne querelle à propos des reliques de Saint Pie abritées dans l'église de Doubs. (Saint Pie aurait la propriété entre autre d'annuler la sécheresse).

 eglise de doubs

L'ORGUE

Le facteur d'orgue Monsieur Jean DELOYE a installé cet instrument dans la nef fin 1997, les paroissiens du village et de l'unité du Pays de Pontarlier, ont répondu à l'invitation du Père Léon VERGUET et des prêtres de l'unité et honoré de leur présence cette belle cérémonie le dimanche 10 janvier 1998.

C'est avec beaucoup de doigté que le Père GROSLAMBERT mit le mécanisme en mouvement, alors par le vent et le souffle : l'instrument qui comprend 270 tuyaux sortit son grand jeu. Jean-Paul SCHIFFMANN, directeur d'école interdiocésaine d'orgue, par de larges commentaires, fit découvrir alors à l'assemblée les sons des six regitres de cet instrument.

Le facteur d'orgues a réinstallé et habillé cet instrument d'un magnifique buffet dans le même style que l'église.

Le Père Léon VERGUET ainsi que son équipe de dévoués bénévoles, fidèlement et courageusement, par leur travail, ont assuré la collecte financière nécessaire à l'acquisition, la restauration et l'habillage de cet orgue qui contribue aujourd'hui à mettre en valeur ce magnifique édifice religieux et rendra les célébrations liturgiques plus belles et plus solennelles.

 

LA FONTAINE Cérès

Des informations diverses circulaient fréquemment sur les origines de l'ancienne fontaine située actuellement sur la petite place formée par l'intersection de la Rue Borrie et de la Grande Rue et employée, comme c'est souvent le cas de nos jours, en bacs à fleurs.

Le village de Doubs possède une fontaine dite fontaine de Cérès en raison de la sculpture qui en somme la colonne. En fait, à l'origine, cette fontaine ornait la place Saint-Pierre de Pontarlier.

Plusieurs cartes postales ou photographies de cette place au début du siècle montrent cette fontaine dont le premier projet de reconstruction, réalisé par l'architecte Vernier, date de 1889; il s'agissait alors de reconstruire la fontaine primitive à l'occasion du centenaire de 1789. Le bassin de la fontaine d'origine était en effet en ruine. Plusieurs documents d'archives mentionnent une fontaine au faubourg Saint-Pierre : elle est signalée en 1667 pour des réparations et dans un autre document de 1746 précisant qu'il a été versé "10 L au sculpteur Gagelin pour avoir fait un bras et une aile en pierre à l'ange gardien posé sur la fontaine de Saint-Pierre".

Le premier projet de l'architecte Vernier prévoyait un bassin circulaire en fonte avec au centre une colonne surmontée d'un génie ou d'une statue de la République. Ce projet sera modifié en 1894 (supression des gradins d'accès, peu pratiques pour que la fontaine puisse servir d'abreuvoir) et adopté en 1895 avec pour couronnement, non  pas un génie ou la République statufiée ni l'ange très chrétien de la fontaine primitive mais une allégorie des moissons et de la fertilité en la personne de déesse romaine Cérès (l'équivalent de Déméter pour les grecs )!

En 1913, partisans et détracteurs s'opposent à coups de pétitions pour demander la supression ou le maintien de cette fontaine; son déplacement est demandé en 1926 et elle sera finalement démontée en 1927 et vendue à la commune.

Malgré quelques modifications - le bassin n'est pas le bassin d'origine qui était circulaire, et le socle-colonne semble avoir été tronqué de sa partie basse - cette fontaine de Cérès de Doubs est bien cette fontaine du XIX° siècle qui ornait la place Saint-Pierre de Pontarlier il y a...116 ans !

Article de Monsieur Joël GUIRAUD (avril 2005)

 

Autrefois, il y avait des fontaines distribuées à travers le village pour rincer le linge lessivé au cuveau et pour abreuver le bétail.

Ces fontaines débitaient jour et nuit le précieux liquide, grâce à une dérivation du Doubs et à un captage aux environs du pont neuf, en aval, à la sortie de Pontarlier. Les conduites étaient bien souvent en bois.

20170224 124341 resized 

 

LA CHAPELLE SAINT-CLAUDE

 

Communauté de commune du larmont

Mairie
de Doubs

Découvrez notre
photothèque

Newsletter

Suivez l'actualité de la Commune en vous inscrivant à notre newsletter :

Valid XHTML 1.0 Transitional
CSS Valide !